Kalighat est l'hospice fondé par mère Teresa à Kolkata en 1952 afin d'accueillir les mourants démunis de tout. De nos jours, ce sont principalement des bénévoles qui gèrent et animent ce lieu. Fidèles au souhait de mère Teresa, ce mouroir offre des soins et un accueil humain à ceux qui n'ont personne pour les accompagner dans les dernières années, semaines, ou parfois minutes de leur vie. Cette idée attire un flot constant de bénévoles venus du monde entier et de toutes  religions et convictions. Certains restent quelques mois, d'autres plusieurs années, au service des plus démunis.Wim Klerkx, 1998.

Kalighat est l'hospice fondé par mère Teresa à Kolkata en 1952 afin d'accueillir les mourants démunis de tout. De nos jours, ce sont principalement des bénévoles qui gèrent et animent ce lieu. Fidèles au souhait de mère Teresa, ce mouroir offre des soins et un accueil humain à ceux qui n'ont personne pour les accompagner dans les dernières années, semaines, ou parfois minutes de leur vie. Cette idée attire un flot constant de bénévoles venus du monde entier et de toutes religions et convictions. Certains restent quelques mois, d'autres plusieurs années, au service des plus démunis.
Wim Klerkx, 1998.

Le confort matériel, la nourriture et les soins médicaux de Kalighat ont toujours été très simples. Ici, on peut voir des bénévoles circuler entre les lits serrés afin de servir le déjeuner dans des assiettes et des tasses en inox.

Le confort matériel, la nourriture et les soins médicaux de Kalighat ont toujours été très simples. Ici, on peut voir des bénévoles circuler entre les lits serrés afin de servir le déjeuner dans des assiettes et des tasses en inox.

Deux bénévoles attendent le bus à l'extérieur de la Motherhouse à Kolkata. Depuis 1953, ce bâtiment est le siège mondial des Missionnaires de la Charité. Mère Teresa y est enterrée dans une tombe blanche dans une chapelle au rez-de-chaussée.

Deux bénévoles attendent le bus à l'extérieur de la Motherhouse à Kolkata. Depuis 1953, ce bâtiment est le siège mondial des Missionnaires de la Charité. Mère Teresa y est enterrée dans une tombe blanche dans une chapelle au rez-de-chaussée.

Martin, un bénévole, parle avec soeur Nirmala Maria dans Motherhouse. C'est elle qui est responsable des bénévoles qui travaillent pour les Missionnaires de la Charité à Kolkata. Chaque matin avant d'aller travailler, les bénévoles peuvent venir à Motherhouse pour assister à la messe à et y prendre le petit déjeuner. C'est aussi là que les bénévoles se présentent, discutent des problèmes, et prennent connaissance de leur affectation.

Martin, un bénévole, parle avec soeur Nirmala Maria dans Motherhouse. C'est elle qui est responsable des bénévoles qui travaillent pour les Missionnaires de la Charité à Kolkata. Chaque matin avant d'aller travailler, les bénévoles peuvent venir à Motherhouse pour assister à la messe à et y prendre le petit déjeuner. C'est aussi là que les bénévoles se présentent, discutent des problèmes, et prennent connaissance de leur affectation.

Des bénévoles transportent un mourant qu'ils viennent de trouver dans la gare de Howrah à Kolkata.  Chaque jour, quelques bénévoles expérimentés se rendent sur les lieux où les malades sont régulièrement abandonnés.

Des bénévoles transportent un mourant qu'ils viennent de trouver dans la gare de Howrah à Kolkata. Chaque jour, quelques bénévoles expérimentés se rendent sur les lieux où les malades sont régulièrement abandonnés.

Korak et Joan essaient de soutenir un mourant dans le taxi qui les emmènent à Kalighat. L'homme est enveloppé de journaux afin de protéger les sièges. Il avait été laissé pour mort à la gare de Howrah à Kolkata. Il est décédé quelques minutes après son arrivée, avant même qu'il ait pu dire son nom.

Korak et Joan essaient de soutenir un mourant dans le taxi qui les emmènent à Kalighat. L'homme est enveloppé de journaux afin de protéger les sièges. Il avait été laissé pour mort à la gare de Howrah à Kolkata. Il est décédé quelques minutes après son arrivée, avant même qu'il ait pu dire son nom.

Andy aide Anthony à boire pendant la messe du dimanche matin. Andy est un bénévole allemand qui travaille depuis plus de 10 ans à Kalighat. Anthony souffre de tuberculose avancée et vit depuis plus d'un an dans différentes maisons d'accueil des Missionnaires de la Charité. La plupart des patients et des bénévoles ne sont pas des chrétiens pratiquants. Ils sont libres d'assister à la messe du dimanche matin. C'est un des rares moments où les patients et les bénévoles sont en contact avec les bases catholiques de cet hospice.

Andy aide Anthony à boire pendant la messe du dimanche matin. Andy est un bénévole allemand qui travaille depuis plus de 10 ans à Kalighat. Anthony souffre de tuberculose avancée et vit depuis plus d'un an dans différentes maisons d'accueil des Missionnaires de la Charité. La plupart des patients et des bénévoles ne sont pas des chrétiens pratiquants. Ils sont libres d'assister à la messe du dimanche matin. C'est un des rares moments où les patients et les bénévoles sont en contact avec les bases catholiques de cet hospice.

Sur le toit de Kalighat, une soeur des Missionnaires de la Charité fait la classe aux enfants du quartier. Pendant ce temps, des bénévoles étendent le linge. Avec quelques employés rémunérés, ce sont les bénévoles qui assurent la plus grande part du travail dans l'hospice. Cela laisse la possibilité aux 6 soeurs qui y vivent en permanence de pouvoir travailler à d'autres projets.

Sur le toit de Kalighat, une soeur des Missionnaires de la Charité fait la classe aux enfants du quartier. Pendant ce temps, des bénévoles étendent le linge. Avec quelques employés rémunérés, ce sont les bénévoles qui assurent la plus grande part du travail dans l'hospice. Cela laisse la possibilité aux 6 soeurs qui y vivent en permanence de pouvoir travailler à d'autres projets.

Bénévoles durant une pause thé sur le toit de Kalighat. Certains bénévoles restent un jour, d'autres des années.  En respectant un horaire fixe, et à l'exception du jeudi qui est toujours libre, ils peuvent choisir leurs jours de travail. La charge émotionnelle et physique, les maladies tropicales et le climat chaud et humide viennent à bout de plus d'un bénévole. La plupart ont besoin de semaines ou de mois avant d'être capable de travailler des journées entières.

Bénévoles durant une pause thé sur le toit de Kalighat. Certains bénévoles restent un jour, d'autres des années. En respectant un horaire fixe, et à l'exception du jeudi qui est toujours libre, ils peuvent choisir leurs jours de travail. La charge émotionnelle et physique, les maladies tropicales et le climat chaud et humide viennent à bout de plus d'un bénévole. La plupart ont besoin de semaines ou de mois avant d'être capable de travailler des journées entières.

Une partie d'échec dans le hall de l'hôtel de l'Armée du Salut dans le quartier des hôtels bon marché de Kolkata où la plupart des bénévoles viennent loger.  Ils passent souvent les soirées et les jours libres ensemble dans une ville qui n'offre que peu de divertissement.

Une partie d'échec dans le hall de l'hôtel de l'Armée du Salut dans le quartier des hôtels bon marché de Kolkata où la plupart des bénévoles viennent loger. Ils passent souvent les soirées et les jours libres ensemble dans une ville qui n'offre que peu de divertissement.

Dominique et Emmanuelle dans la chambre qu'ils partagent à l'hôtel de l'Armée du Salut. Les bénévoles doivent assumer seuls leurs frais de logement. On peut trouver des hôtels très simples et très bon marché à Kolkata et certains bénévoles parviennent à s'en sortir avec un budget de quelques euros par jour.

Dominique et Emmanuelle dans la chambre qu'ils partagent à l'hôtel de l'Armée du Salut. Les bénévoles doivent assumer seuls leurs frais de logement. On peut trouver des hôtels très simples et très bon marché à Kolkata et certains bénévoles parviennent à s'en sortir avec un budget de quelques euros par jour.

Des bénévoles occidentaux réunis pour une fête dans un des rares restaurants de Kolkata qui propose de la viande de boeuf et de la bière.

Des bénévoles occidentaux réunis pour une fête dans un des rares restaurants de Kolkata qui propose de la viande de boeuf et de la bière.

Marie tient le Polaroïd qu'elle vient de prendre avec ses amis juste avant de prendre son avion de retour. Les bénévoles occidentaux viennent presque toujours seuls et de leur propre initiative, sans bien savoir à quoi s'attendre. Une fois à Kolkata, une grande entraide s'établit entre eux et, en quelques mois, beaucoup de bénévoles ont noué des amitiés qui dureront toute leur vie.

Marie tient le Polaroïd qu'elle vient de prendre avec ses amis juste avant de prendre son avion de retour. Les bénévoles occidentaux viennent presque toujours seuls et de leur propre initiative, sans bien savoir à quoi s'attendre. Une fois à Kolkata, une grande entraide s'établit entre eux et, en quelques mois, beaucoup de bénévoles ont noué des amitiés qui dureront toute leur vie.

Les bénévoles Kelly et Jesse font une pause sur le toit, tandis qu'un patient récupère après son exercice dans l'escalier. La plupart du temps il y a assez de bénévoles pour assurer tout le travail. Curieusement, l'atmosphère dans ce mouroir peut alors être détendue et légère.

Les bénévoles Kelly et Jesse font une pause sur le toit, tandis qu'un patient récupère après son exercice dans l'escalier. La plupart du temps il y a assez de bénévoles pour assurer tout le travail. Curieusement, l'atmosphère dans ce mouroir peut alors être détendue et légère.

Nathan aide le patient Bikari à s'étirer les jambes. Beaucoup des patients de l'hospice ne sont pas tous mourants. On trouve aussi de personnes âgées qui n'auraient d'autre choix que de retourner vivre seules dans la rue.

Nathan aide le patient Bikari à s'étirer les jambes. Beaucoup des patients de l'hospice ne sont pas tous mourants. On trouve aussi de personnes âgées qui n'auraient d'autre choix que de retourner vivre seules dans la rue.

Le patient Chapon essaie de dormir tandis q'un bénévole s'apprête à emporter le corps d'un patient hindou décédé plus tôt ce jour là.

Le patient Chapon essaie de dormir tandis q'un bénévole s'apprête à emporter le corps d'un patient hindou décédé plus tôt ce jour là.

Des bénévoles transportent les corps de deux patients décédés vers le lieu de crémation près d'une rive de la Hooghly, le nom donné au bras du Gange qui coule à Kolkata.  Le gouvernement Indien prend en charge les coûts de la crémation des patients hindous, et de l'enterrement des musulmans et des quelques chrétiens qui meurent à Kalighat.

Des bénévoles transportent les corps de deux patients décédés vers le lieu de crémation près d'une rive de la Hooghly, le nom donné au bras du Gange qui coule à Kolkata. Le gouvernement Indien prend en charge les coûts de la crémation des patients hindous, et de l'enterrement des musulmans et des quelques chrétiens qui meurent à Kalighat.

Le bénévole Tamotsu masse le dos d'un patient dans le dortoir des hommes de Kalighat.

Le bénévole Tamotsu masse le dos d'un patient dans le dortoir des hommes de Kalighat.